• Profession? : Mère !

    (Bientôt, la Fête des Mères…Chez-nous: le 12 mai )

    Un jour, une femme, nommée Fleurette, alla renouveler son permis de conduire. Lorsqu’on lui demanda quelle était sa profession, elle hésita un instant.
    Elle ne savait pas comment se qualifier. Le fonctionnaire insista:- »Ce que je vous demande est si vous avez un travail ? »- »Bien sûr que j’ai un travail » répondit Fleurette… »Je suis mère! »- »Désolé madame, mais nous ne considérons pas cela comme une occupation professionnelle.  
      
    Une amie de Fleurette, Martha, fut informée de l’événement,et, pendant quelque temps, elle réfléchit sur le sujet…Un jour, elle se retrouva face aux mêmes circonstances. La personne qui se trouvait devant elle était une femme fonctionnaire sûre d’elle, efficiente et avec une large dose d’expérience.Le formulaire paraissait à Martha énorme et interminable. La première question était la suivante:   - »Quelle est votre profession? »
     

    Martha réfléchit un moment et avec un naturel sans pareil,
    répondit de la manière suivante: - »Je suis agrégée en développement infantile et relations humaines ! »
     La fonctionnaire eut un air de stupeur, d’étonnement , et Martha répéta mot à mot sa réponse. Après avoir pris note, la jeune fonctionnaire osa lui demander:
    - »Puis-je savoir ce que vous faites exactement ? »Sans le moindre doute,fermement et avec beaucoup de calme et de sérénité, Martha expliqua:   
     
    - »Je développe une thèse, un programme à long terme, à l’intérieur et à l’extérieur du foyer.Pensant à sa famille, elle continua:- »Je suis à la tête d’une équipe et j’ai déjà à ma charge quatre projets bien distincts. Je travaille à plein temps sans limite d’horaire et en exclusivité. Le degré d’exigence est de 14 heures par jour, voire même 24 heures sur 24. 
     
     Au fur et à mesure qu’elle décrivait ses responsabilités, Martha remarqua dans la voix de la fonctionnaire un ton de plus en plus respectueux, qui, de son côté, continuait à remplir le formulaire.   Lorsqu’elle rentra chez elle, Martha fut reçue par son équipe: 3 petites filles de 13, 7 et 3 ans. En montant à l’étage, elle entendit le plus jeune de ses projets , un joli bébé de 6 mois, s’adonnant à un nouvel assemblage de sonorités vocales. Heureuse, Martha prit son bébé dans ses bras et pensa à toute le beauté et la noblesse de la maternité, à ses multiples responsabilités et aux heures interminables de pleine et entière dédication…  
      
    « Maman, où sont mes chaussures ?
    Maman, tu m’aides à faire mes devoirs ?
     
    Maman, le bébé n’arrête pas de pleurer.
    Maman, tu viens me chercher à l’école ? 
    Maman, tu m’emmènes à mon cours de ballet ?
    Maman, tu m’achètes…?
    Maman… …
        
     
    Assise sur le rebord du lit, Martha pensa:
    « Si elle était agrégée en développement infantile et en
    relations humaines,
    comment qualifier les grands-mères ?
    Et bien, elle trouva:
    Les grands-mères seraient des agrégées-seniors en développement infantile et relations humaines.
      
     
    Les arrières grands-mères, les agrégées-exécutives seniors. Les tantes, les agrégées-assistantes.  Et toutes les femmes, mères, épouses, amies et confidentes: des agrégées-spécialisées dans l’art de rendre la vie merveilleuse.  
      
      
    Dans un monde où les titres et les diplômes ont tant d’importance, où l’on exige de plus en plus une spécialisation dans tel ou tel domaine professionnel… « Deviens une spécialiste, dans l’art d’aimer ! »…