• .

    .

    Les vitrines des magasins sont toutes décorées.
    Le compte à rebours est commencé …
    Pour acheter tous les cadeaux qu’il nous faut acheter.
    Pour envoyer toutes les cartes qu’il nous faut envoyer.
    Pour aller à tous les partys où il nous faut aller.
    Pour décorer le sapin qu’il nous faut décorer.
    Pour recevoir toute la famille qu’il nous faut recevoir.
    Pour donner à toutes les guignolées auxquelles il faut donner.
     Et durant ce tourbillon de figures imposées qu’on appelle le temps des Fêtes,
    jamais on ne prendra le temps de se demander:
    "Pourquoi on fait tout ça ? "
    On ne se pose tellement pas de questions, on est tellement dressés,
    on est tellement programmés qu’on ne sait même plus ce que l’on fête.
    Pas grave !
    Le pape du Vatican nous dit que l’on fête Noël.
    Le pape du Plateau-Mont-Royal nous dit que l’on fête Décembre.
    Alors, on fête !
    Comme Stromae dirait, "Alors on danse !…"
    Même si on n’en a pas vraiment envie.
    Les gens embarquent dans le traîneau du temps des Fêtes
    en n’ayant hâte que d’une chose : que la promenade finisse au plus sacrant !
    Qu’on se retrouve au plus vite après les Rois
    et que la vie normale reprenne son cours.

    Pourtant, ils vont décorer leur maison, ils vont acheter des cadeaux à tout le monde,

    ils vont sortir, ils vont recevoir, ils vont s’étamper un sourire dans la face,

    mais sans que cela ne leur procure le moindre bonheur.

    Le temps des Fêtes est une tâche. Un mal nécessaire. Comme le dentiste et l’impôt.

    C’est pas joyeux Noël, ni joyeux Décembre. C’est coûteux Noël, coûteux Décembre !

    Il y a dans toute cette abondance de lumières, de bébelles et de bouffe,

    un grand absent : le sens.

    Quel sens donnons-nous à nos actions du temps des Fêtes ?

    Euh…J’sais pas…Et vous?…

    C’est plate, si on pouvait l’acheter au magasin, le sens, ce serait fait.

    On pourrait le cocher sur notre liste. On a trouvé un sens. Next !…

    Mais trouver un sens, ce n’est pas aussi simple que de trouver un centre de table.

    C’est pour ça… qu’on est si nostalgiques des Noëls de notre enfance.

    Des Noëls blancs, des Noëls purs. Tout avait un sens.

    On fêtait le petit Jésus, né dans une étable, à minuit, la nuit de Noël.

    On avait tous une crèche dans la tête.

    Et on voyait la scène comme si les caméras de CNN avaient été là.

    Le petit bébé dans la paille, sa maman, la Vierge qui le contemple,

    le père bienveillant qui les surveille, l’haleine du bœuf,

    de l’âne et de l’agneau qui les réchauffent, et l’étoile qui brille tout en haut,

    servant de GPS aux Rois mages qui accourent porter des cadeaux.

    Et il était né pourquoi, le petit Jésus ? : Pour sauver le monde.

    Ça, c’était du sens!

    Fêter Noël, c’était fêter notre Sauveur.

    Méchante bonne raison de décorer et de faire cuire la dinde.

    Un Sauveur, ça ne naît pas tous les jours.

    On apprenait cette histoire-là à l’école,

    comme on apprenait que deux et deux font quatre.

    C’était vrai. Point final. Alors on y croyait, ou on coulait.

    Aujourd’hui, on n’apprend plus cette histoire-là à l’école.

    On pourrait l’apprendre à l’église, mais on n’y va plus.

    On y va seulement à Noël…

    (Stéphane Laporte)
     
    .

    .


  •  

    .

    Le temps des Fêtes…

    Pour beaucoup de gens, c’est un temps de réjouissance.

    Pour d’autres, toutefois,

    Noël n’a pas grand-chose  de joyeux. . . .

    Qu’en est-il du " blues " du  temps des Fêtes ?

    qui est synonyme de déprime, nostalgie, solitude?

    Comment pouvons-nous le combattre ?

    .

     

    .

    La période des Fêtes chamboulle nos habitudes,

    c’est la frénésie des achats, des cadeaux, des réceptions.

    Cela ravive aussi nos souvenirs, notre nostalgie.

    Ajoutons à celà le manque de lumière,

    qui affecte beaucoup de personnes en cette saison.

    Pour beaucoup de gens, les Fêtes ne font qu’ajouter

    un poids de plus  à leurs problèmes.

    Noël est souvent une période assez difficile.

    .

    .

    Comment passer au travers de cette période ?

    -Dédramatiser… Cela est passager.

    -Planifier… Prévoir alterner travail et repos.

    -Se modérer… Dans ses cadeaux et ses réunions.

    -Revenir à l’essentiel…Personne ne s’attend à la perfection.

    -Garder aussi le véritable sens de la fête… religieuse.

    .

    .

    ..

    .


  • Au temps des Fêtes, le roi de la forêt fait son retour pour accompagner les festivités.

    Chaque année, environ 1,700,000 arbres de Noël sont vendus,

    dont 95% est destiné au marché de l’extérieur de la province.

    Le Québec est le plus gros expéditeur de sapins cultivés,

    avec 833,000 arbres, principalement vendus dans les marchés

    de l’Est américain.

    .

    Voici le long cycle de la production:

    .

    1-Les semis:  

    Ils sont produits à partir de cônes de sapin spécifiquement sélectionnés, puis plantés directement dans des couches de semis pendant deux ans.

    .

    2-Les plates-bandes: 

    Les semis sont ensuite replantés dans des plates-bandes à environ 4 cm de distance où ils pousseront de trois à cinq ans.

    .

    3-La plantation:  

    Lorsque les semis atteignent 30 à 40 cm de hauteur, ils ont suffisamment de structure et de résistance pour être mis en culture.

    .

    4-Le taillage:

    Le taillage contribue à augmenter la densité du feuillage et à augmenter le volume des bourgeons restants, ça débute une fois que l’arbre atteint 90 à 120 cm de hauteur.

    .

    5-La récolte:

    Les arbres vont nécessiter de 8 à 10 ans pour atteindre la hauteur désirée. La récolte a lieu au début de novembre lorsque les arbres commencent leur dormance hivernale.

    .

    Sapins naturels ou sapins artificiels… Vive Noël !

    .

    .

    "Mon beau sapin, roi des forêts

    Que j´aime ta verdure!  

    Quand par l´hiver, bois et guérets  

    Sont dépouillés de leurs attraits  

    Mon beau sapin, roi des forêts  

    Tu gardes ta parure."

    .

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=7f2g2HfjSbc.

    .

    .


  • Noël au Québec est une période magique:

    Dès le mois de novembre, un royaume du Père Noël est aménagé dans beaucoup de centres commerciaux.

    Les enfants y vont pour rencontrer le Père Noël.

    .

    A Montréal, a lieu, tous les ans, la parade du Père Noël organisée par un grand magasin.

    Malgré le froid, les enfants viennent nombreux applaudir le Père Noël qui ferme le défilé.

    Quand la parade est terminée, il s’envole sous les yeux éblouis des enfants.

    La neige recouvre tout de son beau manteau blanc, les rues s’animent, les maisons richement décorées et les magasins prennent un air de fête.

    Les Québécois décorent l’extérieur de leur maison avec des guirlandes de lumières, des branches sapin et des rubans rouges.

    Ils placent des petits sapins tout illuminés au bord des rues.

     

    J-24

     

    Les postes canadiennes, reçoivent des milliers de lettres pour le Père Noël.

    Du lait et des biscuits sont placés près de la cheminée pour que le Père Noël se restaure pendant sa grande distribution de cadeaux.

    On réveille les enfants la nuit de Noël pour leur faire découvrir les cadeaux laissés par le Père Noël sous le sapin, le dépouillement d’arbre de Noël se fait vers minuit et ensuite on partage un repas, de dinde, de tourtière et comme dessert la bûche de Noël.

    .


  • .

    10 personnes avec qui il faut être gentil…

     1-La sécrétaire médicale: c’est elle qui peut nous dépanner pour obtenir un rendez-vous assez vite.

    2-Toutes les secrétaires en général: elles méritent notre respect et elles aussi pourraient nous rendre un précieux service un jour.

    3-Le chauffeur d’autobus ou de taxi, il nous amènera à destination, et on lui donnera envie d’être gentil avec les autres passagers. 

    4-Le pharmacien: il est l’un de nos meilleurs alliés pour ces menus bobos qui bousillent l’existence, et si on tombe vraiment malade, on le verra plus souvent…

    5-Les voisins, ceux qui ont peut-être le plus d’impact sur notre qualité de vie au quotidien. Il vaut toujours mieux rester poli.

    6-L’enseignante de notre enfant, elle passe ses grandes journées avec lui, elle fait un métier immensément important.

    7-Le grand patron, certains mériteraient peut-être de se faire dire leurs quatre vérités ? Mais il est rare qu’on en sorte gagnant.

    8-Le serveur au café du coin, ça peut faire toute la différence entre un début de journée plaisant ou désagréable.

    9-Les amis de nos enfants, A un certain âge, ils sont les plus importants au monde pour notre progéniture. 

    10-Le fonctionnaire qui traite notre dossier, il a du contrôle sur une part de notre vie à un moment précis. On obtiendra toujours un meilleur résultat en étant aimable avec lui. 

    ( revue Chatelaine).

    .

    .

    .

    .

    .