• Statistiques dérangeantes:

    La moitié des élèves de la Commission Scolaire
    de Montréal sont issus de milieux défavorisés.
    Ces jeunes viennent de 78 pays
    et parlent 160 langues différentes.
    La Commission Scolaire assume la scolarisation
    de nombreux enfants lourdement handicapés.
    .
    Alors ne faut-il pas remercier
    et admirer les enseignants ?
    Qui prétendra que ce métier
    n’est pas une vocation ?

     


  • « Une psychologue marchait vers le podium tout en enseignant la gestion du stress à une audience avertie. Comme elle a soulevé un verre d ’eau, tout le monde s ’attendait à question du « verre à moitié vide ou à moitié plein ». Au lieu de cela, avec un sourire sur son visage, elle demanda:

    «Combien pèse ce verre d’eau? »

     

    Les réponses entendues variaient de 8 onces à 20 onces…

     

    Elle a répondu: «Le poids absolu n’a pas d ’importance. Cela dépend de combien de temps je le tiens. Si je le tiens pendant une minute, ce n ’est pas un problème. Si je le tiens pendant une heure, j ’aurai une douleur dans mon bras. Si je le tiens pendant une journée entière, mon bras se sentira engourdi et paralysé. Dans chaque cas, le poids du verre ne change pas, mais plus longtemps je le tiens, le plus lourd, il devient. »

     

    Elle a poursuivi:

     

    «Le stress et les inquiétudes dans la vie sont comme ce verre d ’eau. Pensez-y pendant un moment et rien ne se passe. Pensez-y un peu plus longtemps et ils commencent à faire mal. Et si vous y pensez toute la journée, vous vous sentez paralysés – incapable de faire quoi que ce soit… alors…

     

    « Pensez à déposer votre verre d’eau ! »

     

    (Sylvia Perreault)


    .

    .


  • autobusscolaire

     

     
    Quand on est jeune, on s’interroge parfois
    Sur la vie, ou sur n’importe quoi.
    On veut savoir pourquoi il y a des parents
    Et pourquoi aussi, nous sommes leurs enfants.
    On veut savoir, si un jour on deviendra grand
    Et si nous aurons nous aussi des enfants.
    Il n’y a pas de jour ou l’on ne pense pas
    A nombre de choses qu’on ne comprend pas.
    Pourquoi y a-t-il autant de saisons
    Pourquoi suis-je une fille, pas un garçon
    Pourquoi la vie est facile pour certains
    Et quelquefois chiante pour quelques-uns.
    On a une bien vague notion du bonheur
    On pense en trouver dans les dépanneurs
    Mais il doit se vendre seulement aux gens
    Qui sont déjà heureux et qui ont de l’argent.
    Non, on ne comprend pas grand-chose de la vie
    Même si les plus grands semblent avoir compris
    Mais il est normal de nous poser des questions
    Car on voudrait s’ouvrir à d’autres horizons.
    Quand le jour se lève sur le monde
    Il y a des endroits qui demeurent sombres
    Mais dans le midi, quand il fait un beau soleil,
    Il n’y a plus personne, qui vraiment s’en rappelle…
     
    (Texte: Claude-Marcel Breault)

    Un étudiant d’université, se pensant assez génial, assiste à un match de football avec des amis.

    Il essaie d’expliquer à son voisin de siège, qui a un âge certain, pourquoi il est impossible aux vieux de comprendre la nouvelle génération:

    Vous avez grandi dans un monde différent, que je qualifierais
    aujourd’hui de «primitif», dit l’étudiant, et assez fort pour que les gens autour de lui l’entendent. … Les jeunes d’aujourd’hui ont grandi avec la télévision, les avions, les voyages dans l’espace, la marche sur la Lune. Nos vaisseaux spatiaux ont visité Mars, nous avons l’énergie nucléaire, l’électricité, les autos à hydrogène, les ordinateurs ultra rapides, etc, etc…

    Il prit une pause pour boire une longue gorgée de bière.

    Profitant de l’arrêt de ce flot de déblatérations, son voisin plus âgé dit:

    Tu as parfaitement raison, mon jeune ! Quand nous étions jeunes, nous n’avions pas toutes ces choses que tu as mentionnées… C’est pourquoi nous avons dû les inventer !Maintenant, mon jeune homme, toi et ta «gang», qu’allez-vous faire pour la prochaine génération ?

    (Site Chez Maya)

     

     

    Bon Lundi de Fête !

     
    bonmoissept2

  •  

    Entre

    Ce que je pense,

    Ce que je veux dire,

    Ce que je crois dire,

    Ce que je dis,

    Ce que vous avez envie d’entendre,

    Ce que vous croyez entendre,

    Ce que vous entendez,

    Ce que vous avez envie de comprendre,

    Ce que vous comprenez,

    Il y a neuf possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer.

    Mais essayons quand même…

    .

    « Parler est un besoin. Écouter est un art. » (Goethe)

     

    .

    Le grand-père raconte à Jérémy, son petit-fils,

    comment la vie a changé depuis ses jeunes années… a88b0321

    Grand-père :  

    « Tu sais Jérémy, quand j’étais p’tit, maman me donnait un dollar

    et je partais à l’épicerie du coin.

    Je revenais avec une livre de beurre, une pinte de lait,

    2 livres de pommes de terre, une livre de fromage,

    une livre de sucre, du pain et des oeufs… »

    Et Jérémy de lui répondre : 

    « Y’ avait pas de caméras de surveillance dans ce temps-là ? …! »

    (chez Maya)


  • .

    Souvenons-nous que, chez nous, les êtres humains,

    les attitudes et les humeurs se communiquent. 

    Tout cela est très contagieux…  

      

    Chaque hypothèse ou attente que nous élaborons à propos d’un autre être humain, est une sorte de prière qui émane de nous;

     elle contribue à créer cette réalité chez la personne en question. Rappelons-nous : nos esprits créent des liens.

    Nos pensées et nos attentes rayonnent autour de nouset incitent d’autres personnes à penserde la même façon que nous.

    .
    On pourrait compléter cette règle en ces termes :

    "-Faites aux autres ce que vous aimeriez qu’ils vous fassent,

    parce que la façon dont vous les traitez

    ou dont vous pensez à eux

    reflètent exactement la façon dont ils vous traiteront".

    .

    La prière qu’envoie notre sentiment ou notre action

    tend à provoquer chez eux exactement

    ce à quoi nous nous attendons.  

    .

    Souvenons-nous que, chez-nous, les êtres humains,

    les attitudes et les humeurs se communiquent.

    Tout cela est très contagieux… 

    ( James Redfield ).

    .

    .

    .

    .

    .